Page 113

UNE

RENCONTRE

IMPRÉVUE

107

craindre la fraîcheur du soir à cause d’accès de fièvre quotidiens ; et il se trouvait dehors au crépuscule !.. Mais il ne pouvait commettre ni l'impolitesse de tourner les talons, ni l’enfantillage de se cacher derrière un arbre. Il ne douta pas qu’il avait été vu par M. Sauvignac et sa fille en même temps qu’il les apercevait, Il se dit qu’il n’avait qu’à payer d’audace, se Porter au devant de son chef, lui servir un nouveau mensonge. Un de plus ou de moins, c'était sans importance. Ce qui en avait, c’était de ne pas cesser d’être en faveur auprès d’un supérieur hiérarchique. Il prit donc congé de ses anciens condisciples et s’avança vers M. et Mlle Sauvignac. Le Procureur Général s’exclama : Quelle surprise de vous rencontrer ici ! Paulette compléta la phrase de son père : — Surtout à cette heure déjà tardive..., fraîche… relativement !.. Elle expliqua sa réflexion : — J’ai appris de papa que vous aviez de la fièvre, vers le soir. Et elle interrogea : Vous n’en avez donc plus? Romuald feignit de ne pas saisir l’ironie des Paroles de la jeune fille. Il répliqua : Grâce à de fortes doses de quinine j’ai

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement