Page 112

106

L’OCTAVONNE

Elle eut envie de prendre de l’exercice, de marcher, pour changer le cours de ses idées et calmer ses nerfs. Après avoir hésité, elle exprima ce désir à son père. Mais elle ne lui révéla pas la raison pour laquelle elle s’ennuyait plus que jamais et se sentait si énervée. Il n’accéda pas tout de suite à son désir. Il lui déplaisait d’aller en ville. Il était si fait à son existence casanière !... Ah ! quelle lubie avait sa fille !... Mais elle insista tant, elle lui représenta si gentiment qu’en outre de leur promenade hebdomadaire en voiture une promenade à pied devenait nécessaire à leur santé, qu’il finit par satisfaire à son caprice. Ce fut lui qui décida d’aller sur la Savane. Et c’est ainsi que, sortie pour fuir l’image de Romuald, — dont leurs appartements étaient pour elle comme hantés, — Paulette s’en venait, involontairement, au-devant du jeune homme en personne. Dès que celui-ci l’eut reconnue ainsi que M. Sauvignac, il conçut le regret de n’être pas rentré tout droit du Palais de Justice chez lui ; car il se souvint aussitôt d’avoir dit au Procureur Général, par le téléphone, qu’il devait

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement