Page 108

102

L’OCTAVONNE

De même que Gargantua s’écria en naissant « à boire ! à boire ! », lui, en se levant, bien dispos, — dit : « J’ai faim. » Il appela TiGuême, réclama le repas auquel il n’avait pas touché la veille et dévora tout ce qu’il y avait de viande froide. Il reprit goût à dépouiller son courrier, puis se remit à la préparation de ses réquisitoires. Le soir revenu, comme il craignait d’être assailli de nouveau par d’amères réflexions, il résolut de fuir la solitude. Il dirigea ses pas, non plus vers son domicile, mais vers la Savane, à peu près sûr d’v rencontrer quelqu’un avec qui bavarder. Sur la pelouse, des adolescents jouaient au foot-ball. Il s’amusa à suivre la partie et, l’un des jeunes gens étant tombé de plaisante façon, il rit. Ensuite il reconnut, — dans une large avebue bordée de manguiers, dont les branches s’entremêlaient et formaient une longue voûte, — un groupe d’anciens condisciples. Il les joignit et, avec eux, commença de faire les cent pas d’un bout à l’autre de l’avenue. Soudain il aperçut, à quelque cinquante mètres, marchant en sens inverse et avec lenteur, un couple de blancs, de métropolitains : un

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

L'octavonne  

Gautrez, Victor / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Coll...

Profile for scduag
Advertisement