Page 74

60

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

pouce de long ; l’une est timide et modeste, l’autre est querelleur et effronté ; l’une est facile à repaître, l’autre est vorace et cruel ; enfin l’une rampe, et l’autre a des ailes. La réputation des scorpions est faite, celle des scolopendres aussi. Mais le ravé !... De l’air ! de l’air ! Remontons vite sur le pont.

XXIII PUERTO-RICO.

Tout a une fin, il faut le croire, puisqu’il y en a une aux nuits à bord de l’Eider. Ce matin, en montant asphyxié sur le pont, je me suis trouvé en face de San-Juan de Puerto-Rico. La baie est large et imposante, et si l’homme n’y avait pas imprimé son cachet, si l’œuvre de Dieu était encore immaculée, on n’y pénétrerait pas sans émotion. A gauche se dressent, sur des murailles carrées, des tours carrées; des bâtiments carrés, percés de fenêtres carrées, de portes carrées, laissent voir de grandes cours carrées. Cette série de cubes représente des prisons, des casernes, des hôpitaux et des forteresses. Le peu de respect que m’inspirent les défenses de San-Juan provient sans doute de mon ignorance des principes de Vauban, peut-être aussi du souvenir que j’ai gardé de Cherbourg et de Kronstadt. Au milieu de la baie, un

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement