Page 72

58

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

A deux heures, nous passons sur l’Eider. Adieu, Tasmanian ! Je te pardonne en songeant à ton capitaine, à tes officiers, à toi surtout, brave James Withers, toi mon sauveur, toi le héros du coq-tail ; je te pardonne, Tasmanian ; mais, sur ma parole, tu es bien le plus atroce bateau, le plus Chut ! je t’ai pardonné.

XXII L’EIDER.

A deux heures, l’Eider se met en mouvement. Parlons un peu de l’Eider. Plus petit, plus étroit que le Tasmanian, il a pris la mer en 1864. Jamais bateau ne fut aussi malpropre. Cela surprend peu quand on voit son équipage composé de nègres en haillons. Les moins sales sont encore les plus nus. Les passagers sont pour la Royal-mail-steam-packet Company des colis qu’elle transporte avec moins de soins que les autres , parce qu’ils n’engagent pas sa responsabilité. Elle les comprend, malgré leur peu de volume, parmi les «marchandises encombrantes ». Il faut avoir été victime de cette plaisanterie féroce et infiniment trop prolongée pour s’en faire une idée. Les cabines sont plus grandes que celles du Tas-

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement