Page 64

50

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

Nous ne nous remettrons en route que dans vingtquatre heures ; il s’agit de tirer parti de cet entr’acte. « Voilà un bateau, monsieur ! — Will you have a bout, sir ? — Una embarcacion, Senor ? » Comment résister à de telles offres ? Une caravane est aussitôt organisée. « Partons ! » Cette imprudente parole n’est pas plus tôt prononcée, que nous voilà la proie des assaillants. Nous devenons leur chose, leur butin. Comment sommesnous parvenus au bas de l’échelle, je n’en sais rien encore. Je me rappelle seulement que j’y suis arrivé la tête en bas. Choisir le bateau n’est pas permis. La volonté que nous exprimons de partir de compagnie est accueillie par des éclats de rire. « Le boat est muy pesado, monsieur; no possible tenir mas que deux », me répond le batelier polyglotte. Insister est impossible. Les embarcations se dispersent, et me voilà voguant seul dans une barque où dix personnes eussent tenu à l’aise. « Tu as eu tort de ne pas nous prendre tous; tu aurais eu tous les profits. — You no vouloirpagar all to gather autant que separadamente. — Tu aurais, dans tous les cas, doublé, quadruplé même ton profit. — Tu te trompes, monsieur; nosotros tous bons amis. Nosotros toujours dividir petits profits enporciones iguales. Ustedes comprenez-vous ? »

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement