Page 55

PREMIÈRE PARTIE. — LA TRAVERSÉE.

43

mineux vont et viennent sans qu’il soit possible de distinguer ceux qui les conduisent. Les passagers sont silencieux. Couchés de ci, de là, sur des coussins, dans les cordages enroulés, étendus sur leurs chaises longues, ils rêvent.

XVIII L’ÉQUIPAGE.

C’est pitié de voir quel jeune et vaillant équipage s’évertue à éperonner le Tasmanian. Le capitaine a 1000 liv. st. pour commander ce tape-cul de mer. On ne saurait trop payer tant d’abnégation. Les jeunes officiers ont 60 liv. st. ; oui, 60 liv. st. (1 500 fr.), dont la moitié est retenue pour frais de table. On ne saurait trop faire payer à la jeunesse une si belle occasion de s’instruire. Le capitaine est un parfait gentleman. A la tête du Tasmanian, il me fait l’effet de Richelieu ou de Lauzun menant, après boire, la carriole d’un porteur de choux. Il conduit son vaisseau sans bruit ; jamais on ne l’entend donner un ordre, et tout est fait à point. S’il commande, c’est avec le calme et la politesse d’une maîtresse de maison qui sert le thé. Il envoie un matelot aux fers avec une grâce parfaite, et nul mieux que lui ne lit à haute voix l’office du dimanche dans la salle à manger, devant l’équipage assemblé.

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement