Page 51

PREMIÈRE PARTIE. — LA TRAVERSÉE.

39

XV LES

AÇORES.

La mer continue d’être déserte. Nous n’avons rencontré que deux porteurs d’oranges depuis notre départ. Ce sont les étrennes du pauvre qui passent devant nous. Le I janvier prochain, les pommes d’or des Açores seront en vente sur les boulevards, dans quelques baraques crottées, éclairées le soir par des lanternes de papier rouge. « Nous verrons la terre demain !... ai-je dit tout joyeux à un officier. — Non, m’a-t-il répondu ; quand nous serons dans les eaux des Açores, la nuit sera noire. — Nous verrons du moins quelque phare? — Les Açores n’ont pas de phare. Ces îles ne rapportant rien au Portugal, le Portugal ne veut pas faire les frais d’une lanterne. — Comment les puissances maritimes ne se réunissent-elles pas pour... — Et l’amour-propre portugais !... » Du bleu en haut, du bleu à droite et à gauche; du bleu partout. Quand verrai-je de la verdure? On tomberait en extase devant un plant de salades. On s’appelle, on se cherche ; une nouvelle passe de bouche en bouche, on se précipite sur le pont. Qu’est-il donc arrivé ? er

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement