Page 48

36

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

Il se sent puissant, lui qui la guide, et il méprise la mer qu’il broie à chaque tour d’hélice. Le matelot regagne les hauteurs de la mâture, ivre d’air et d’immensité. Il abaisse les yeux sur la coque où gronde la machine, et sourit de pitié, lui qui enfourche le vent et l’a cent fois dompté.

XIII PAYSAGE.

Je devance le jour maintenant. Que c’est bon, a santé ! que c’est bon, le grand air ! Ai-je assez calomnié l’Océan ! Le cœur et la tête dégagés, je vois les choses différemment. Que de blasphèmes j’ai proférés! Sur le pont encore ruisselant, on piétine sur des reflets d’étoiles. Le capitaine et son second attendent, leurs instruments en main, le lever du soleil. La mer est de plomb; à l’horizon, des nuages plus noirs qu’elle sont amoncelés. Des trouées découvrent par places un ciel pur qui commence à se colorer. Dans un de ces lacs de lumière, Vénus s’est attardée. Le croissant étincelle dans l’azur. Le jour arrive sans aurore. A gauche, une écume rosée borde les nuages noirs; à droite, l’azur et l’or se fondent ensemble et créent un ciel vert plein d’étincelles. De seconde en seconde tout change d’aspect. Le jour monte, il déborde, il ruisselle.

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement