Page 36

24

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

entendre aux quatre coins de l’univers ces paroles vengeresses : « Gardez-vous du Tasmanian et de la ligne anglaise. »

X HEURES

MAUDITES.

L’hélice se met en mouvement; il est quatre heures. Le bateau descend la rivière, les passagers prennent place à table. Quel silence pendant ce premier repas ! On se consulte, on se tâte. A chaque craquement du navire on dresse l’oreille, et si quelque passager quitte sa place, on en ressent quelque satisfaction. La faiblesse d’autrui augmente notre confiance en nousmême. « Ce n’est que ça, la mer? se dit-on; j’en supporterais bien d’autres ! » Et l’on sourit en regardant les premières victimes qui s’éloignent en se cramponnant aux meubles, défaillantes, les yeux mourants, la sueur aux tempes. Le repas s’achève sans trop d’encombres. C’est en fredonnant et le coeur plein de confiance qu’on remonte sur le pont. Les cigares s’allument, les causeries s’engagent. On se raconte qu’on n’a jamais eu le mal de mer et qu’on est à peu près certain qu’il en sera de même cette fois encore. On énumère les fioles, les pilules, les poudres, les bonbons, les ceintures

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement