Page 309

TROISIÈME PARTIE. —DANS L’INTÉRIEUR DE L’ILE.

281

de chanvre. Guanajay flattait son esclave lorsqu’il lui attribuait cette belle pensée. «Me pendre!... encore!... mais je neveux plus mourir, maître, s’écria le pauvre diable. — « Jeneveux plus ! »... jecrois, le diable m’emporte! que tu as une volonté! Je vais te faire passer cette mauvaise habitude. Si tu ne te pends pas là, à l’instant, devant moi, je te fais administrer cinquante coups de fouet. — Au nom de la Vierge mère, maître... maître, ne me faites pas mourir. — Veux-tu bien faire un nœud coulant tout de suite au bout de cette corde? — Il valait mieux ne pas couper l’autre. Ce serait fait maintenant. — Crois-tu, voleur, que j’aurais abîmé un aussi beau brin de filin, et t’aurais empêché de crever, si je n’avais pas eu à te rosser d’abord? Il fallait me demander la permission, parce que tu m’appartiens. Je veux bien te faire cadeau de ta carcasse, mais je n’aime pas qu’on me vole. — Gardez mon corps... je vous en prie. — Alors tu veux recevoir cinquante coups de fouet? — Dame!... s’il le faut... absolument. — Demande-moi ça bien gentiment. — Mon bon maître, voudriez-vous, s’il vous plaît, me permettre de recevoir cinquante coups de fouet? » Guanajay fit entrer un nègre qui traversait la cour. « Prends cette corde, lui dit-il, en désignant le nœud coulant qui était resté sur le sol, et admi-

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement