Page 308

280

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

— Je crois que oui, maître. — Pourquoi voulais-tu mourir? — C’est parce que la cheminée fume. — Eh bien?... — J’ai demandé au mayoral de la faire réparer; il dit que c’est des bêtises. Alors j’aime mieux en finir que de continuer à cuisiner comme ça. — Ce n’est pas pour autre chose? — Non, maître. — Bien sûr? — Bien sûr. — Alors, prends ces deux pecettas et va acheter une corde... une corde de quatre varas, et choisis-la bien solide. — C’est que je... — Veux-tu bien te lever... plus vite... plus vite que ça. Va faire ce que je t’ai dit. » Le nègre se leva et, clopin-clopant, tout essoufflé, s’en fut chez le marchand. Au bout de trois minutes il rapporta la corde. « Prends cette échelle, dit Guanajay, dont le regard ne disait rien de bon. Attache la corde au clou qui est au-dessus de la porte. Veux-tu bien ne pas trembler comme cela! — Je ne peux pas faire autrement, maître. — Dans cinq minutes , tu ne trembleras plus. Fais un nœud coulant... Bon! Maintenant pends-toi devant moi. » Le nègre, plus mort que vif, sauta du haut de l’échelle aux pieds de son maître. Celui-ci fit un bond de côté, convaincu que son esclave allait le cravater

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement