Page 303

TROISIÈME PARTIE. — DANS L’INTÉRIEUR DE L'ILE.

275

droit, finement dessiné, ses lèvres aux coins amoureusement plissés rappelaient les plus adorables profils que taillèrent dans l’onyx les sculpteurs des Pharaons. Sa mère avait dû être belle, mais elle avait reçu en naissant une plus forte dose de sang noir que de sang blanc. La jeune fille regardait le bal d’un œil d’envie. Peu à peu, oubliant sa race et les réserves qu’elle lui imposait, elle s’avança jusqu’au premier rang, s’appuya sur la grille et commit l’imprudence de frôler au passage deux ou trois dames qui causaient avec des invités assis sur le perron. Il est toujours ennuyeux pour une femme d’avoir à ses côtés une créature plus jolie qu’elle. Lorsque cette voisine qui l’écrase est de couleur, l’ennui devient supplice. Les dames froncèrent les sourcils. Une d’elles, par malheur, entendit ces mots : « Regardez donc cette adorable fille, là, au premier rang, à côté de cette grosse blonde. » La grosse blonde devint pourpre et fit signe à l’un des commissaires de la débarrasser de sa voisine. Celui-ci fit semblant de ne pas comprendre et s’éloigna. Deux fois la « grosse blonde » revint inutilement à la charge. Un vieux monsieur fut assez féroce pour avoir pitié d’elle. Il s’approcha de la jeune fille et lui toucha l’épaule du bout de sa canne. L’enfant, toute confuse, regarda le vieillard sans comprendre, sans bouger. « Est-ce que c’est ici votre place? lui dit-il. Allez plus loin, allez plus loin. » La pauvre petite, les yeux pleins de larmes, courut

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement