Page 301

TROISIÈME PARTIE. — DANS L’INTÉRIEUR DE L’ILE. 273

cas, de se cravater de bleu et de rose, d’endosser la redingote et de dédaigner les gants? La question est trop grave pour que je me permette de la trancher. Parler à tort et à travers de politique, de philosophie ou de religion, bon ! Traiter de même un point d’étiquette... jamais! Encore sous le joug des préjugés européens, je me disais, je l’avoue, que les danseuses avaient fait assez de frais pour que leurs cavaliers en fissent un peu plus pour.elles. Une jeune créole m’a fait comprendre, depuis, que les femmes, qui s’habillent en France, — c’est la dame qui parle, — pour attirer l’attention des hommes, se parent à Cuba pour passer le temps, pour se distraire, pour faire enrager leurs bonnes amies, ou tout simplement pour l’amour de l’art. Les hommes n’auraient pas sujet d’être reconnaissants d’efforts qui n’ont pas été faits pour eux. On fait trop peu de cas de ces messieurs pour leur savoir gré de « se faire beaux », si la fantaisie leur en prenait. Je vous donne ces explications pour ce qu’elles valent. Entre nous, je ne les crois pas sincères. J’ai vu partout la femme dédaigner l’homme en théorie, et le choyer en pratique. Dans un coin de la salle, un petit théâtre, dont la toile était levée, servait d’estrade à l’orchestre. La toile de fond représentait un paysage normand. Au signal donné par un des commissaires, la clarinette emboucha son redoutable instrument, le tambour reprit ses baguettes, le violon son archet, et la musique recommença. Six jeunes gens se levèrent, sans trop se hâter, 18

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement