Page 283

TROISIÈME PARTIE. — DANS L’INTÉRIEUR DE L’ILE. 257

saire, qui a fait un bond de côté et l’a évité. Les voilà de nouveau en présence. Ils ont la tête basse, presque au niveau du sol. Chacun des mouvements que fait l'un est reproduit par l’autre d’une façon précise. On les croirait devant un miroir. Un nouvel élan a enlacé leurs ailes. Ils se déchirent mutuellement du tranchant de leurs éperons. Les plumes volent; la chair est mise à nu par places; le sang coule. Ils ne forment plus qu’un amas soyeux, satiné, que dominent deux têtes qui frappent, qui frappent, piquant les yeux, labourant les chairs, brisant les os. Le sang les aveugle, ils se voient à peine; rien ne les séparera : ils frapperaient moins sûrement. Tantôt ils se dressent sur leurs pointes, tantôt ils s’aplatissent sur le sol. Ils sont hors d'haleine, mais la lutte continue. Ils demeurent par moments le bec ouvert, la langue frissonnante. Leurs ailes brisées pendent inertes. Leurs pattes les soutiennent à peine, et toujours ils combattent. Mais voilà que leurs yeux deviennent ternes; de grosses gouttes de sueur roulent sur les plumes de leur dos. Us tombent épuisés, côte à côte, vivants encore. Un des galleros compte à haute voix jusqu’à dix. L’autre, à plat ventre, harcelle les combattants, les excite par ses cris, les traite de « paresseux » et de « lâches ». Si, pendant ces dix secondes, les deux coqs sont demeurés inertes et indifférents, leurs maîtres les saisissent, sucent les blessures, dont ils crachent le sang, et arrosent ensuite les plaies vives d’eau-de-vie pimentée. 17

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag