Page 269

TROISIÈME PARTIE. — DANS L’INTÉRIEUR DE L’ILE. 243

— Proserpina ! — Señora ? — Que fais-tu? — Je tiens la baille d'eau de savon, pendant que Philomela et Celedonia lavent les pattes des pigeons, señora. — Pelagia ! — Senora ? — Que fais-tu? — Je regarde si Philomela, Celedonia et Proserpina font bien leur besogne, señora. » Voilà, certes, des pigeons bien servis! J’ai bientôt traversé la ville et laissé derrière moi les dernières maisons de planches. A droite, la mer dort dans le cadre de la baie, immobile et paisible comme un baby dans sa crèche. Une caravane entre dans Cienfuegos. Dix mules chargées de maloja soulèvent un nuage épais de poussière. Rien n’est plus drôle que ce chapelet de bêtes attachées l’une à l’autre, qui commence par un nègre et finit par un chien. Enfin ! je suis dans la campagne. En attendant mieux, voici une mare, reste fétide des dernières averses. Passons. Une ombre glisse rapidement sur le sol. C’est sans doute un oiseau inconnu qui me souhaite la bienvenue. Je lève la tête... Non! c’est l’éternel vautour nain, l’urubu en quête de viande corrompue. Je ne vois pas encore d’arbres géants, mais voilà des buissons au-dessus desquels voltigent deux des papillons les plus communs de France, peut-être rares

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement