Page 266

240

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

lui eussent suffi pour compter les maisons à étage qu’il avait vues depuis sa venue au monde; jamais il n’en avait parcouru aucune. Le malheureux allait, venait, tournait, courait, d’une pièce à l’autre, épouvanté par la pensée de mécontenter son persécuteur. Le notaire, ne comprenant pas que son client pût mettre autant de temps à franchir les vingt marches qui conduisent au « bel étage », mit le nez au judas improvisé dans le plancher. Un coup sec retentit sur la persienne. Un clerc s’élança et ouvrit la croisée. «Je vous salue humblement, monsieur l’escribano, dit en sautant dans l’étude Ignacio Narigon qui avait pris l’échelle pour un escalier et la fenêtre pour une porte. Votre escalier gagnerait à avoir une rampe. » De vrais enfants, en somme, vous le voyez, les guajiros.

LVI CIENFUEGOS. — HEURE MATINALE.

J’ai soif de verdure. Le bleu m’écœure. Assez d’azur, d’indigo, de saphir, de lapis. Me voilà dans le Sud, loin, bien loin des grandes villes ; j’ai droit, sinon à une forêt absolument vierge, du moins à des splendeurs de végétation inconnues en Europe. Il me faut des arbres échevelés, des lianes odorantes, des oiseaux-

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement