Page 264

238

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

bleus et noirs avec de vilains petits bonshommes dedans, et puis des grands pains à cacheter sur lesquels on avait fixé des papiers découpés en dents de scie. On ne savait pas ce que cela voulait dire, et cela vous faisait froid dans le dos tout de même. Les voisins, consultés, décidèrent que ce ne pouvait être qu’une image cabalistique destinée à jeter des sorts. Ignacio Narigon, sa femme et ses enfants, épouvantés, passèrent la nuit en prières, appelant toutes les malédictions du ciel et tous les supplices de l’enfer sur celui qui leur avait fait un pareil envoi. Au petit jour, le guajiro porta le papier timbré à l’église et pria le curé de l’arroser copieusement d’eau bénite. Celui-ci fit ce qu’on lui demandait, empocha quelques réaux pour sa peine ; après quoi il apprit à son paroissien ce dont il s’agissait. Quand le pauvre garçon comprit qu’au lieu du diable cornufourchu, il avait un notaire à ses trousses, sa frayeur ne connut plus de bornes. Le diable, songez donc! avec des signes de croix, on finit toujours par s’en débarrasser, tandis qu’on n’a jamais vu un notaire se contenter de cette monnaie-là. Bien qu’il n’eût aucun espoir de l’attendrir, Ignacio Narigon résolut de rendre visite à son oppresseur. Il s’en fut dans ce but à Villa-Clara. L’étude de l’escribano était en réparation. Toutes les pièces du rez-de-chaussée, remplies d’ordinaire d’escribanillitos crasseux et de liasses poussiéreuses, étaient vides. Le trottoir était couvert de gravois et de débris de charpente. Le soleil marquait midi, les

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement