Page 244

218

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

Donc, dans ce radieux petit coin du monde on aime la France. Une petite cousine à moi fait seule exception à la règle . C’est une Américaine à outrance, une pure Yankee. Pour elle, il n’y a de courage, de talent, de beauté, de droiture, de tout ce qui est bien et bon enfin, qu’à l’ombre du drapeau étoilé. « Vous êtes timides, vous autres Français. Dame! vous êtes vieux dans la famille des peuples. Vous êtes des nerveux, pas autre chose. Votre force, votre courage, tout en vous est factice et passager. On ne sait jamais si vous aurez le lendemain le courage de la veille. » Et comme je me récriais : « Venez avec moi dans le jardin, ajouta-t-elle; je vous le prouverai. » Je suivis en souriant ma petite cousine : une jolie petite cousine, par parenthèse! Sa robe blanche faisait bien ressortir les tons chauds, les contours exquis de ses bras, de ses épaules. Il semblait que ses cheveux blonds et or savamment enroulés allaient se dénouer et rouler près de terre; mais ce désordre était voulu. Le vent se fût essoufflé en vain, s’il eût tenté de les embroussailler. Au fond du jardin, au pied du mur de clôture, ma cousine me fit voir un amas de planches vermoulues. Elles devaient être entassées là depuis longtemps, car elles étaient recouvertes à demi de fleurs et de mousse. « Soulevez cela, voulez-vous, mon cher cousin de France? » J’obéis. Sur l’herbe foulée, je vis courir, affolés,

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement