Page 22

10

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

IV DOUVRES. On ne peut, je le répète, demander aucun enthousiasme au malheureux qui, les yeux rouges, les dents serrées, le corps glacé, le cœur sur les lèvres, débarque à Douvres à marée basse. Devant lui se dresse un mur noir, gluant, ruisselant, du haut duquel lui arrivent les quolibets de la foule. Une planche, assujettie tant bien que mal, relie au quai le bateau. La pente en est rapide, et jamais mât de cocagne ne fut aussi glissant. Le Vivid se dandine, et, suivant qu’il penche à droite ou à gauche, le chemin monte ou descend. Pauvre voyageur ! Alors que ses mâchoires tremblent, que tout danse encore devant lui, alors que ses mains sont embarrassées par une couverture, un parapluie, une valise et un carton à chapeau, il faut que le malheureux, son billet entre les dents, s’aventure sur ce sentier glissant devant lequel hésiterait un cerf aux abois, et cela tout en surveillant de trèsprès ses bagages. Soutenu à droite par une bonne âme, poussé à gauche par quelque rustre, il escalade une série d’escaliers couverts de varech. A peine est-il sur le quai qu’un coup de sifflet

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement