Page 188

164

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

baignent les chevaux, tandis que les clairons étudient dans les casernes qui bordent l’entrée de la passe.

XLVIII LE VOMITO NEGRO.

Je ne puis pas vous conduire aux Antilles sans vous présenter le monstre qui l’habite. Autant escamoter l’Ogre en vous contant le Petit Poucet. Passez ce chapitre, âmes trop sensibles. Le vomito negro a deux cents ans à peine. Deux cents ans! l’âge auquel on sevrait la marmaille avant le déluge. Le gaillard n’a pas perdu son temps. J’ai trouvé son état civil dans un très-intéressant travail du docteur Duverney. C’est en 1687, à Pernambuco, qu’il débute. Les Portugais en ont eu l’étrenne. Le premier, le docteur Jean Ferreyra de Rosa le signale. C’est au Brésil, à Olinda, qu’il l’étudie. En 1691, le typhus amaril sévit à la Barbade. Il était inconnu à SainteMarthe et à Carthagène avant 1730. Dix ans après il s’installe à Guayaquil. Le Vomito prospère, il établit de meurtrières succursales aux États-Unis, au Mexique, au Sénégal, aux Canaries... sur mille et mille points différents. Il fait quelques excursions en Europe : à Cadix, à Malaga, à Livourne, à Minorque ; en Andalousie, de

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement