Page 178

156

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

de se découvrir les bras et la poitrine au soleil qu’aux lumières ; que la pudeur est une convention respectable, mais infiniment relative, et que la reine des Zoulous, sur les bords du Zambèze, peut être aussi pudique avec son tablier composé de trois plumes, que la Géorgienne ou la Liméenne au visage voilé. Ma raison me dit cela, oui ; mais ma raison n’a pas seule la parole, et je doute que les plus bronzés d’entre les Havanais demeurent indifférents devant tant de merveilles. Je leur en voudrais presque s’il en était ainsi. En vérité, je vous le dis, si j’étais évêque de la Havane, j’adresserais une lettre pastorale à mes brebis, leur disant qu’adorables comme elles le sont, elles doivent se montrer charitables et ne pas permettre que des charmes qu’elles tiennent de Dieu fassent concurrence à leur créateur jusque dans sa maison. Admettons que vous avez résisté à la tentation, que vos yeux sont restés clos, que votre odorat n’a pas souffert à la porte de l’église, que vous vous êtes agenouillé sur la pierre sans trop vous en ressentir, que votre oreille ne s’est pas trop préoccupée des bruits du dehors, ce ne sera pas tout encore : vous aurez à vous garder des bruits du dedans, car la musique est faite aussi pour vous troubler. Ainsi, ce matin, au Kyrie, l’orgue a joué une tarentelle ; au Gloria, une chanson créole interrompue de temps en temps par des signes de croix. Je vous jure que j’ai entendu des castagnettes. Notez que je ne blâme rien ; je ne fais que transcrire ici mes impressions quotidiennes. Je sais qu’il

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement