Page 154

134

UN PARISIEN DANS LES ANTILLES.

vu qu’à la Havane. Louées, la plupart du temps, par des familles en deuil, elles remplacent nos loges grillées. Fermées par des volets peints et dorés dont les rares ouvertures disparaissent au milieu des arabesques, elles défient tous les regards. Quelquefois cependant la loge s’entrouvre, et de jeunes femmes, en toilette de bal, viennent s’accouder sur la balustrade et suivent le spectacle ou lorgnent la salle du haut de leur balcon. La loge du capitaine général est au rez-de-chaussée, à gauche de l’acteur, près de l’avant-scène. Elle se distingue par quelques pendeloques d’étoffe qui forment un disgracieux baldaquin. La loge la plus en vue, la plus importante, la plus regardée, est celle du centre des premières. Elle est réservée au président de représentation. Une immense affiche a été jetée pour lui sur la balustrade, en guise de programme. Les soldats de garde dans le couloir ne perdent pas de vue le sanctuaire. Le président est membre de l’Ayuntamiento ; il assiste à la représentation et, de sa loge, donne aux acteurs l’autorisation de répéter le morceau bissé ; il tient compte des plaintes du public et fait baisser le rideau et rendre la recette s’il y a lieu. En cas de rixe, il se transforme en commissaire de police et décide de l’opportunité des arrestations ou des élargissements. Il a un salon spécial où, chaque soir, il rédige son rapport au gouverneur politique, président de l’Ayuntamiento. Le major de place doit se faire représenter s’il n’est pas au théâtre, pour le cas où quelque soldat se trouverait en cause. L’auto-

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement