Page 135

DEUXIÈME PARTIE. — LA HAVANE.

115

Qu’est aujourd’hui notre Franco-Anglo-Espagnol ? Quien sabe ! C'était un charmant homme, du reste, intelligent à l’excès, et assez riche pour solliciter toute espèce de choses. Aussi ne se faisait-on pas trop tirer l’oreille pour l’abriter à la fois sous l’arc-en-ciel bleu, blanc et rouge de France, sous le pavillon armorié d’Espagne et sous le drapeau de la vieille Angleterre. Cuba est à l’Espagne, et l’Espagne ne se soucie pas d’en abandonner fût-ce les miettes. L’industrie est tout entière aux mains de ses enfants, la terre est aux créoles; quant à l’administration, elle est entièrement péninsulaire. A peine est-il réservé quelques rares emplois aux gens du pays, et c’est là une des sources de récriminations les plus vives. Les Catalans, les Galiegos et les Asturiens sont ceux qui émigrent le plus à Cuba. Ils arrivent avec quelques piécettes en poche et une mince pacotille de fil et d’aiguilles qu’ils vendent d’abord dans les rues. A force de sacrifices, d’économie, de privations, d’énergie, de finesse, ils arrivent, échelon par échelon, à la fortune. Les uns s’en vont dès qu’ils ont pu réaliser 20,000 dollars; d’autres, plus ambitieux, se fixent dans le pays et collectionnent les millions. Les Isleños débutent par le colportage. Les Navarrais, friands de commandement, vont dans les habitations diriger tel ou tel service. Les Catalans ont le monopole des comestibles. Les magasins de vivres pour la marine, les confiterias, les cafés, bodegas, épiceries, hôtels, etc., sont tenus par eux. Hardis, habiles, formant une grande famille toujours unie,

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement