Page 133

113

DEUXIÈME PARTIE. — LA HAVANE.

elles couvrent presque entièrement la cuisse. Moitié bottes, moitié jambières, elles sont fixées au jarret par une lanière à boucle d’argent. Des lacets de cuir les tiennent closes jusqu’à la cheville, où elles se terminent. Le calesero, les pieds nus dans des souliers de bal, porte d’énormes éperons à sous-pieds. Pourquoi, sur nos boulevards où circulent le cab et le droschki, n’a-t-on jamais vu passer le quitrine et son calesero ? C’est là une belle occasion perdue de se faire remarquer. J’appelle sur elle l’attention des amateurs.

XXXIX INDUSTRIELS.

On se figure assez généralement, en Europe, qu’il suffit d’arriver à Cuba et d’échapper à la fièvre jaune pour faire fortune : c’est une grande erreur. Il faut, au contraire, pour y réussir, réunir beaucoup de conditions des plus rares. La patience, la sobriété du chameau, l’ingéniosité du singe, le courage du lion, la persistance laborieuse du castor, la souplesse du chat, la prudence du serpent, les griffes du tigre, la santé du crocodile, l’entêtement du zèbre et la probité de la pie ne sont pas de trop. Et encore, l’étranger eût-il toutes ces perfections qu’il se verra préférer un créole, s’il a affaire à un créole ; un Espagnol, s’il a affaire au gouvernement. 8

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Un Parisien dans les Antilles  

Quatrelles / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collectio...

Profile for scduag
Advertisement