Page 227

CÉLEBRES.

77 R. . . , , fils, en ecartant tous les temoins, qui ne parlent que par oui-dire, & se bornant à ceux qui déposent avoir vu, ces derniers se réduisent a un fort, petit nombre, dont chacun est unique dans sa déposition, & les réduisant toutes à ce qui en résulte, on y verra que, s’il y a eu des scenes bruyantes entre la belle-mere & le beau-fils, c’est toujours elle qui les a provoquées par ses emportemens & ses fureurs. Si one femme pouvoit se faire, de ses violences, un moyen de séparation, il faut convenir, diloit M. Desazards, que la femme R . . . . n’auroit rien négligé pour s’en procurer un excellent ; mais il faut convenir aussi qu’il n’y a pas de femme qui n’en eût, sous fa main, de semblables tous prêts pour se faire séparer de son mari. Jamais un délit ne fut un titre aux yeux de la justice. Par arrêt du parlement de Paris, du 24 Avril 1736, la dame de Rapaly fut déboutée de sa demande en séparation, même de sa demande en preuve, pares qu’il fut avéré qu’elle avoit provoqué les querelles quelle avoit cues avec son mari. L’enquête, au surplus, n’offre, dans G 3

Causes célèbres, curieuses et intéressantes de toutes les Cours souveraines du Royaume... Tome CXVII  

Nicolas-Toussaint Des Essarts, François Richer / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Causes célèbres, curieuses et intéressantes de toutes les Cours souveraines du Royaume... Tome CXVII  

Nicolas-Toussaint Des Essarts, François Richer / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Profile for scduag
Advertisement