Page 220

CAUSES 70 en portoit la charge , y eût aucune part Il fut un jour averti qu’elle avoir rassemblé a une fete qu’elle donnoit a l’Ardene, jusqu’à vingt quatre personnes ; cet homme dur , farouche & brutal , se contenta de faire défendre, par son fils, au boulanger , de livrer du pain en particulier, a sa femme, parce que ce pain n’entroit pas dans fa maison, & n’étoit destiné qu'à traiter des étrangers. Enfin, il peut résulter de l’enquête, que le sieur R . . . . s’est plaint quelquefois de la coëffure de fa femme, qu’il lui a même arraché le bonnet qu’elle avoit fur fa tête, & qu’il lui parloit, de temps en temps, avec une rudesse, une grossiéreté même, qui choquoit la délicatesse de ses oreilles. Il est vrai que le sieur R .... n’aime pas que fa femme porte de grands bonnets. Sa premiere épouse , dont on a tant exalté la naissance, n’avoit point accoutumé ses yeux a cette parure. Il se souvenoit que, quand il avoit épousé la seconde , elle étoit, par son état, & par fa fortune, bien éloignée de pouvoir s’occuper des recherches & des frais de la toilette, Il eft encore vrai que, quand le sieur R.... est dans son ménage & veut té-

Causes célèbres, curieuses et intéressantes de toutes les Cours souveraines du Royaume... Tome CXVII  

Nicolas-Toussaint Des Essarts, François Richer / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Causes célèbres, curieuses et intéressantes de toutes les Cours souveraines du Royaume... Tome CXVII  

Nicolas-Toussaint Des Essarts, François Richer / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Profile for scduag
Advertisement