Page 128

CAUSES un sacrement, un contrat permanent, qui subsifte jussqu’à la mort : on ne mérite pas d’être heureux, lorsqu’on s’écarte de ses principaux devoirs : le vrai bonheur eft de les bien remplir. » Vous avez été assez long-temps ac» coutumes a suivre ceux d’un bon » mari & d’une bonne femme, pour » qu’il y ait lieu d’espérer que votre » retour, l’un a l'autre, soit sincere & » dure autant que vos jours. C’est a » vous, mari, a exprimer, le premier, » les vrais sentimens dont vous pouvez » être pénétré, à cet égard ». Nous ignorons quel fut le résultat de ces exhortations paternelles ; mais il paroît qu’elles n’eurent pas 1’effet que la. chambre s’en éroit promis, puisque, par arret du 6 Aout 1760, la sentence du Châtelet fut infirmée ; la femme Bonnissent, déboutée de ses demandes, & condamnée aux depens. Il fut ordonné qu’elle se retireroit dans la maison qui lui conviendroit, & que son mari lui paieroit 1200 livres de pension. 120

» » » » »

CCCXXIXe CAUSE.

Causes célèbres, curieuses et intéressantes de toutes les Cours souveraines du Royaume... Tome CXVII  

Nicolas-Toussaint Des Essarts, François Richer / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Causes célèbres, curieuses et intéressantes de toutes les Cours souveraines du Royaume... Tome CXVII  

Nicolas-Toussaint Des Essarts, François Richer / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Profile for scduag
Advertisement