Page 74

66

NOS

CRÉOLES

privations. Telle famille, dont les jeunes gens ne quittent pas les cercles, dont les filles étalent le dimanche les plus jolies toilettes et se montreraient fort offensées des offres honnêtes d’un homme de couleur en situation très enviable, tire le plus clair de son argent de la confection des confitures et des bonbons qu’elle envoie vendre par les rues sous le nom d’une négresse ou d’une mulâtresse complaisante. Elle vivra tout en cachette avec la farine de manioc, l’igname et la morue sèche et, pour donner le change à l’Européen qu’elle invite à sa table, empruntera jusqu’à ses couverts à d’autres plus à l’aise. Ces petites manœuvres sont comprises entre créoles et aucune trahison ne les dévoile ordinairement : on n’apprend les secrets de ces misères que par surprise ou par l’indiscrétion des petites servantes de couleur. Mais est-ce bien le mot de misère, qu’il faut employer pour des souffrances qui restent limitées, en somme, au domaine de la vanité ? Existeil de vrais pauvres, en des pays où les vrais besoins sont aussi réduits et où l’excès même de la vanité pousse à des sollicitations que l’on trouve naturelles, pour obtenir le superflu? Ils m’ont tout l’air de deux blancs déchus, ces deux pauvres dont Duchassaing a reproduit les lettres1 : 1 Mode de formation de la petite propriété aux colonies.

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement