Page 70

62

NOS CRÉOLES

accoutumé comme on l’est ici depuis l’enfance à parler en maître à des esclaves, on n’apprend guère, ou l’on oublie aisément ce qu’exigent un égal et un supérieur. Il est difficile de ne pas rapporter de l’intérieur de son domestique un ton décisif, et cet esprit impérieux que révolte la plus légère contradiction. C’est aussi ce qui entretient cette paresse naturelle au créole, qui prend sa source dans la chaleur du climat... » (Lettre à Bertin.) * * *

Le caractère n’a pas énormément changé ! Il n’y a plus d’esclaves ; mais l’orgueil de caste a persisté, étayé chez quelques-uns sur un reste de fortune ou sur de hautes situations honorifiques, non amoindri chez les plus misérables. L’instruction est certainement plus répandue : il y a partout des écoles, des collèges et même des lycées ; mais il faut bien l’avouer, les dispensateurs de connaissances utiles que la métropole expédie à ses colonies, laissent parfois à désirer, malgré leurs titres, sous le rapport des qualités éducatives, et, sur les bancs où ses préjugés lui feraient trouver trop blessant le contact d’une couleur méprisée, le créole blanc évite de paraître ou dédaigne tout travail émulatif. Les parents riches envoient leurs enfants dans les maisons françaises et les jeunes gens reviennent

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement