Page 51

LES ORIGINES DE LA

45

POPULATION

mule ainsi ses appréciations : « Je regrette de dire que plus j’ai acquis d’expérience, moins j’ai cru à la capacité du nègre pour occuper une position indépendante. Tant qu’il se trouve en contact avec les blancs, comme dans le sud des États-Unis, il s'en tire bien; mais dès qu’il n’est plus sous cette influence, comme à Haïti, il tend à reprendre les coutumes des tribus d’Afrique, et s’il ne survenait aucune pression extérieure, il rétrograderait bien vite à l'état des habitants du Congo.... Je crois qu’il est incapable de créer une civilisation, et que, môme s’il recevait une meilleure éducation, il conserverait encore une certaine infériorité ; comme homme, il ne sait pas se gouverner lui-même, et comme nation il n’a pu faire aucun progrès. Pour bien le juger, il faut avoir vécu très longtemps avec lui et ne pas se laisser influencer par la théorie de l’égalité d’aptitude de toutes les races à progresser dans la civilisation. Il est hors de doute que les mulâtres sont supérieurs comme intelligence et sont bien plus capables de gouverner, quoiqu'ils ne l'aient guère prouvé jusqu'à présent. Il est pitoyable de voir, quand on lit leur histoire, avec quelle facilité la moindre question d’intérêt ou d’ambition les détourne du droit chemin, et combien il est rare que leurs actes soient dictés par le patriotisme...1 » 1

Haïti ou la République noire, trad. de West, 1886, p. 128, 3.

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement