Page 49

LES

ORIGINES DE

LA POPULATION

43

il porte en lui le germe destructeur. Il s’éteindra s'il ne rencontre un homme d’autorité puissante, sorti de ses rangs, qui lui fasse toucher du doigt le danger de son isolement, moins dicté aujourd'hui par le préjugé de la couleur, que par la haine jalouse et irréfléchie du métis contre le blanc, créole ou européen. Malgré son apparence, il ne me semble point en état de se suffire à lui -môme pour la conservation indéfinie de sa race. S’il se retrempe dans le noir, il rétrograde vers le sang africain. Il doit donc chercher à se mêler aux. blancs. Avec plus de tact, il serait arrivé, sinon à faire taire d’emblée les répugnances des blancs créoles, du moins à s’allier sans trop de peine avec les blancs d’Europe et, par ceux-ci, il eût réussi peu à peu à pénétrer dans les meilleures familles locales. L’union ainsi comprise eût amené la fusion de l’élite des métis dans la race supérieure, et entretenu, parmi les milieux de croisements à tous degrés des mulâtres avec les noirs, une certaine pondération, qui aurait diminué les chances d'un envahissement graduel des masses par l'élément africain ou même prévenu cet envahissement. Le blanc n’eût que gagné dans cette voie et nos colonies ne seraient pas aujourd’hui des foyers de divisions, menacés d’un effondrement. Mais par les tendances contraires, le noir seul restera le maître. Le blanc, sans nouvelles attaches avec son berceau, disparaîtra

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement