Page 300

292

NOS CRÉOLES

ministrateur en chef ; ses fonctions sont aujourd’hui dévolues à divers chefs de service qui relèvent directement du gouverneur) ne soit un excellent homme. Mais il a trop de commis ; et que font-ils ?... Rien. Ils taillent des plumes, mangent des bonbons, peignent leurs favoris, rognent leurs ongles, se regardent dans la glace, déchirent aujourd'hui le papier (qu’ils ont noirci hier); la moitié d’entre eux gagne trop et l’autre pas assez ; et tout cela, pour donner aux soldats une ration (de viande) longue d’un doigt, on fait des piles de comptes et de décomptes, avec chiffres, calculs, parenthèses et accolades... Bon pour ceci, bon pour cela. Le Bureau de l’Intérieur (administration des affaires locales) ! oh ! oh ! oh ! quel mêli-mêlo ! Mais je mettrai là Fondagnan, je le nomme directeur de l’intérieur, de l’extérieur, etc. Après cela, vous verrez ! ... Habitants, f... ! Je tombe à l’hôpital ! On n’a pas trouvé que les punaises y mordaient suffisamment le monde, et l’on a été chercher des sangsues, des bêtes qui vous remuent jusqu’au fond des entrailles. On donne des noms que personne n’entend à des maladies que tout le monde connaît. Mais, positivement, où prend-on tout cela : typhus, typhoïde, couiscos, couiscas, gâté, gâté quoi ? Eh! qu’on dise tout bonnement la jaunisse, le mal de ventre, la fièvre putride, une fluxion de poitrine, une fièvre de quartier, la véréte, quiololo, tout le monde connaît cela !... Habitants,f... ! Je vous dis que les frères et les sœurs ça ne vaut rien ; mais il faut que j’aille aux écoles de ces marmailles, pour secouer ces grandes négresses, ces grands nègres à grande barbe. Voyons; il écrivent ! Ça n’empêche pas de travailler la terre; sans manioc, pas d’igname ; sans café et sans sucre, adieu toiles, madras, parasols, cornichons ; au lieu d’assiettes en porcelaine, il ne restera que les couis (calebasses servant de vaisselle) 1. La houe ! La houe ! Habitants, elle convient aux peaux de toutes les couleurs, et songez-y bien, la première peine ici-bas, c’est d’avoir le ventre vide...

Parce que les produits du sol venant à manquer, il n’y aura plus d’échanges. 1

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement