Page 262

254

NOS CRÉOLES

divers termes d'origine africaine, mais en très petit nombre. Les mots caraïbes appartiennent à un vocabulaire très restreint de plantes et d’animaux de la région. Le radical ca, fruit, se retrouve dans A-goua-ca-té (fruit qui se mange, avocat, fruit du Laurus persea), dans ca-i-mite (fruit qui colle, caïmite, chrysophyllum caïmito), dans ca-chi-man (fruit malsain, anona reticulata), etc. ; le radical ma, végétal, dans ma-pou (arbre touffu), ma-cata (arbre à fruits sonores, etc. Macouba signifierait endroit fertile et plein de gibier; matouba endroit fertile et plein d'oiseaux. Il n’est pas impossible que la Martinique tire son nom de Ma-dinina), etc. On doit rattacher à des idiomes africains : dombo, employé au féminin comme au masculin, pour désigner les personnes en relations de concubinage (Saint-Domingue) ; tanga, pièce d’étoffe servant à couvrir la nudité des esclaves, (Saint-Domingue) ; macandal, magicien, sorcier ou empoisonneur, du nom d’un noir autrefois renommé dans un art suspect, d’après Ducœurjoly (Saint-Domingue) ; Zombi, revenant ou sorcier qui a quitté son enveloppe corporelle (de zombu, zumbu, qu’on retrouve dans le mot Katazumbu, sorcier ou prêtre, du dialecte ancien d’Angola) ; bamboula, tambour et par extension danse avec accompagnement de tambour, etc. On remarquera aussi les affinités de certaines

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement