Page 247

LES MŒURS PUBLIQUES

239

La métropole ne sait à quelles réclamations entendre. On l’incrimine à propos de tout. Laisse-t-on quelque repos au ministère de la marine, c’est pour aboyer contre le ministère du commerce ou contre une grande compagnie. Et, pour entrecouper par une note plaisante un sujet fort attristant, je reproduis, à l’appui de mon dire, une lettre jadis adressée au directeur des transatlantiques, à la suite d’un retard dans l’arrivée d’un courrier. Bien entendu, je tairai le nom du signataire. « A l’Administration des Transatlantiques. « La France, cette nation si noble, si généreuse qui a tant fait pour l’humanité, serait-elle tombée si bas, que les plus naturels sentiments lui seraient étrangers ! « Eh quoi ! (pour venir au fait) le paquebot de Bordeaux subit une avarie à son départ et est obligé de rallier le Havre, arrêté par un bris de l’arbre de couche ; il doit se faire reparer et poursuivre sa route. L’Administration des Transatlantiques n’a pas eu l’idée (proh pudor !) de télégraphier aux colonies que le retard était dû à un accident, laissant ainsi les familles des embarqués dans la plus poignante incertitude. « Comment qualifier cette abstention sauvage , sans cœur, misérable, et indigne de notre France, Don Quichotte pour les autres et sans pitié pour les siens ! « Il faut bien cependant le dire et le jeter à la face de ceux qui n’ont aucun sentiment que celui de l’argent (un télégramme de quelques francs !) « Vous avez manqué à tous ceux qui font vibrer la sensibilité humaine, et les autres nations auront beau jeu

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement