Page 246

238

NOS

CRÉOLES

tout à leur avantage une vieille querelle). On hésite et la loi militaire votée par les Chambres reste lettre-morte pour nos coloniaux, alors qu’elle pèse lourdement sur les métropolitains. En attendant que les commissions se décident à élaborer sérieusement quelque chose, les exceptions choquantes ne sont point dissimulées. Nos jeunes soldats sont indifféremment répartis dans les garnisons les plus extrêmes, sous le rapport du climat et de la salubrité : un amiral décide que les jeunes créoles, engagés volontaires, ne seront dirigés que sur Toulon, où ils retrouveront comme un reflet du soleil de leur pays. Nos officiers de tous les corps, retraités, sont, malgré l’usure d’un long service, iniquement astreints à un supplément d’activité, en temps de guerre, pendant une période de cinq années : les retraités créoles ne quittent pas leurs foyers, et M. de Freycinet a fait rayer des cadres de la réserve tous les militaires en séjour aux colonies, c’est-à-dire tous les créoles, las d’un essai de militarisme. Qu’une guerre éclate : à nous autres, jeunes et vieux, incombera la charge de la défense des colonies... et nos compatriotes de là-bas ne se joindront à nous qu’autant qu’il leur plaira de le faire. Voilà l’égalité, sous le régime égalitaire. * * *

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement