Page 212

204

NOS CRÉOLES

écarts ; ceux qui fêtent ainsi la. République sont gens de bas peuple, dépourvus d’instruction. Mais c’est précisément pour cela qu'on n’a pas à ménager les sévérités à ceux qui, plus intelligents, instruits, en bonne situation sociale, les poussent dans une voie dangereuse. Quelques mulâtres accomplissent cette œuvre, que favorise inconsciemment Schœlcher, en protégeant tous les individus qui se targuent auprès de lui de leur couleur, sans distinguer entre leurs aspirations réelles et factices. C’est en effet sous l’égide et presque au nom du vénérable sénateur1, qu’on se réunit pour lancer de temps à autre certaines insinuations perfides, que des fonctionnaires, couverts par le maître, prennent impunément la parole en ces réunions, rappelant aux noirs, non pas les devoirs qui leur incombent avec la liberté politique, mais les misères et les tortures d’autrefois, qui ravivent les haines. De l'attisement des plus mauvaises passions, vivent maints personnages, au nez et à la barbe des hommes honnêtes et de réflexion; leurs mensonges sont acceptés comme des vérités, applaudis même par une poignée de politiciens de la métropole, qui s'imaginent représenter, après les Richelieu et tes Colbert, « une école coloniale ! » 1 Ce lut aux cris de Vive Schœlcher el Perinon (Perinon était un mulâtre distingué. sorti de l’Ecole polytechnique et qui abandonna de bonne heure l'armée, pour la politiques que l'on conspua Bissette. devenu l'apôtre de la conciliation après les événements de 1848.

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement