Page 204

196

NOS CRÉOLES

Le na vire est sur la bouêe. Dans un moment il doit appareiller. Adié foula, adié madras, Adié grain es d'or, adié colliers-sous. Dou don a moin ka lé pati, Hélas ! hélas ! çé pou toujon ! Bâtiment là qué dans rade là, Ka lé mené doudou aller, Doudou a moi» H ka pati Hélas ! hélas ! çé pou toujou ! *

* *

Le Jeu est une passion qui a coûté et coûte encore bien des larmes, aux colonies. Les blancs et les mulâtres s'y livrent dans les cercles et, à l'intérieur de ces maisons, plus d’une partie d'écarté ou de lansquenet a commencé la ruine Je transcris le texte de la chanson tel que me l'a obligeamment communiqué M. Gros, rédacteur du Courrier de la Guadeloupe. Voici la traduction des trois strophes en créole : bonjour, monsieur le consignataire, Je viens vous taire une demande : Mon cher amant va partir, Hélas ! hélas; c'est pour toujours! Adieux foulards, adieux madras. Adieux graines d'or et colliers de pièces de monnaie. Mon cher amant va partir. Hélas! hélas ! c'est pour toujours ! Ce bâtiment qui est sur rade Va emporter mon cher amant.

Mon cher amant, le voilà parti.

Hélas! hélas ! c'est pour toujours.

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement