Page 188

180

NOS

CRÉOLES

même des hommes mûrs, de rompre l'union des ménages, de contribuer à l’entretien du célibat parmi les gens les plus à l’aise (bon nombre de créoles, tout en dépensant plus d’argent pour la maîtresse, qu’il n’en faudrait pour soutenir honorablement une femme et des enfants légitimes, préfèrent la vie libre du concubinage à la vie régulière, plus remplie de soucis et surtout de monotonie). Elle est encore une cause de corruption dans les familles, où elle pénètre comme servante ou comme ancienne amie, et où elle initie les enfants, parfois l'épouse elle-même, aux plus libidineuses pratiques, ainsi que je l’ai dit. Elle est naturellement portée d’ailleurs aux goûts dépravés. Elle est de l’école de Sophie Arnould, qui préconisait l'amour panaché, cherchait à réveiller, auprès des personnes de son sexe, les désirs assoupis auprès de ses courtisans du sexe contraire. Elle répète souvent, sans avoir jamais lu les dialogues de Lucien, la scène de Mégilla et de Lééna. Ce genre de liaison existe non seulement entre filles de même vie, mais encore entre filles et femmes de situations très différentes. Passionnée en sa luxure, la mulâtresse poursuit, avec une persévérance cynique, l’objet de ses convoitises, elle en écarte jalousement les compétiteurs, les rivaux et les rivales. Un jeune homme confie à l’une de ces femmes, qu’il voudrait bien obtenir les faveurs d’une

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement