Page 114

106

NOS CRÉOLES

d’immenses services et ils méritaient mieux que d’être brutalement remerciés, au profit d’instituteurs dans le genre du violoniste de la G... Leur enseignement simple, leurs habitudes et leurs manières sans prétentions, convenaient aux enfants des campagnes, et la moralité de ces humbles maîtres était bonne. Mais il fallait faire œuvre de politique. Malgré que la population se souciât fort peu d’un choix catégorique entre laïques et congréganistes, qu’elle marquât plutôt ses préférences pour les frères, ses premiers initiateurs aux choses de l'intelligence et de la morale, gens d’ailleurs faciles à contenter, dociles et même timides, on a tout à coup songé à l’application des fameux décrets... sans s'inquiéter d’ailleurs des moyens. Avait-on sous la main un personnel nouveau à substituer à l’ancien? On l’ignorait, mais on ordonna partout l’expulsion des maîtres qui portaient l’habit religieux. En fermant aux frères les écoles communales, on ne pouvait les empêcher de créer des écoles libres, et, par contre-coup, les établissements secondaires congréganistes, les plus dangereux comme influence, ont gagné au delà de ce qu’avaient perdu les établissements primaires, sans rayonnement extra-scolaire. Je ne suis pas suspect d’opinions cléricales. Mais je déteste avant tout les mensonges et l'hypocrisie du sectarisme. Je reste indigné, devant les manœuvres d’un tas de soi-disant faiseurs de

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Nos créoles  

A. Corre / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collection...

Profile for scduag
Advertisement