Page 71

65

ACTE I, SCENE V. SCENE

V.

ŒDIPE, CRÉON. ŒDIPE. De quel étonnement il me laisse frappé ! Dans le sang de Laïus mon bras aurait trempé ! O ciel! serait-il vrai? Ce langage funeste Devient-il dans sa bouche un oracle céleste ? CRÉON. Quoi ! vous croiriez, seigneur, à ces mensonges vains , Et la voix d’un mortel réglerait vos destins ! Croit-on qu’il lise au ciel nos vertus et nos crimes ? Les avons-nous cachés dans le flanc des victimes ? Jupiter écrit-il ses arrêts éternels Sur le front des taureaux qu’on immole aux autels? ŒDIPE. Dans mon cœur éperdu j’ose à peine descendre : Un reproche secret semble s’y faire entendre. Gardons-nous de porter un esprit curieux Sur ces avis puissants qui nous viennent des dieux: Quel homme sait toujours s’il est juste ou coupable? Peut-être que le sort , dont la rigueur m’accable , A l’horreur de ce meurtre a condamné ma main. Ai-je donc mérité que tel soit mon destin ?... Je rougis devant vous de cet excès de crainte : Plaignez le trouble affreux dont mon ame est atteinte ! Quand Laïus est il mort? CRÉON. Un an s’était passé , Lorsqu’au trône thébain le ciel vous a placé. I.

5

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement