Page 62

56

ŒDIPE,

Que ses fils inhumains se déchirent entre eux ! Qu’il survive aux douleurs de sa famille entière, Et, sans pouvoir mourir , qu'il perde la lumière ! (au Peuple.) (au Grand-Prêtre.)

Allez ; et vous, Pontife, adressez-vous aux dieux, Consultez les enfers , et la terre, et les cieux ; Interrogez encor les flancs de vos victimes ; Enfin, de nos malheurs pénétrez les abîmes. Mon bras sur le coupable est prêt à se lever. J’ai fait ce que j’ai dû ; c’est au ciel d’achever. ( Le Grand-Prêtre , les Sacrificateurs et le Peuple vont dans le temple d’Apollon, qui est au fond du théâtre. )

SCENE II. ŒDIPE, DIMAS. ŒDIPE. Voilà donc de nos dieux la suprême justice ! Pour le crime d’un seul il faut que tout périsse, Et tous ces malheureux , du même coup frappés , Dans l’arrêt de sa mort seront enveloppés ! Mais quoi ! ces dieux pour moi furent-ils moins sévères, Eux qui me bannissant du palais de mes pères , M’ont dit que j’unirais , dans mes destins affreux , Le nom de parricide au nom d’incestueux ? Hélas ! où m’a conduit cette inutile crainte ? Pourquoi fuir mes parents et les murs de Corinthe ? Je redoutais l’inceste : en me donnant sa main , Jocaste m’a sauvé du plus funeste hymen :

Mais quel sort de régner sur de tristes contrées ,

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement