Page 41

NOUVELLE.

35

n'êtes pas bien ici, dit Smith au vieillard : il faut venir chez moi. En disant ces mots, il jeta la vue sur Sophie (c’était le nom de cette belle affligée) , et il sentit le desir de l’obliger en secourant son père. Le malade fut transporté dans un lieu plus commode ; tous les soins lui furent prodigués, et il ne tarda point à se rétablir. Smith desira connaître son hôte. Il apprit que c’était un ministre protestant des montagnes de la Suisse, nommé Laroche, veuf

d’une femme chérie qu’il venait de perdre après une maladie longue, pour laquelle le changement d’air lui avait été prescrit : il retournait chez lui au bout de ce triste et inutile voyage, avec son seul enfant, cette fille dont j’ai parlé. Laroche était pieux comme il convenait à son ministère : il avait l’énergie de la dévotion, sans en avoir l'austérité. Smith était ce qu’on appelle vulgairement un incrédule : il croyait bien à l’existence d’un Être suprême, mais il pensait que toutes les formes d’adoration étaient à peu près indifférentes. Jamais il n’avait de disputes avec le bon prêtre , sur des matières de religion : il laissait sa gou-

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement