Page 318

312

LA

NOUVELLE

gens dans une solitude, livrés à toute l’inquiétude de leur âge , et dans des moments dangereux sans doute, si la vertu de Henriette n’avait été sa sauve-garde? vous qui prépariez vous-même leur penchant, en armant la nature de tous les moyens qui la déterminent? vous qui, après les avoir mis dans la nécessité de s’aimer , les avez séparés quand l’avarice vous a présenté un appât plus séduisant? Etiezvous mère , vous qui avez traîné votre fille dans un cloître, dans l’affreuse alternative de Ce choix , ou un hymen qu’elle abhorrait, ou une vocation forcée? Etiez-vous mère, grand Dieu ! vous qui, après avoir égaré sa raison , l’avez rejetée loin de vous comme un objet d’opprobre ? vous qui avez fait taire les entrailles maternelles , et qui l’avez abandonnée à la pitié publique ? O femme dénaturée ! si les lois humaines n’ont pas établi de châtiments contre la tyrannie d’une mère, la justice divine a les siens, et tu ne pourras leur échapper ! Tremble ! la vengeance est lente à descendre; mais elle arrive enfin , et plus elle a tardé, plus ses effets sont terribles. Elle a déja frappé ton complice ; Norton est mort ; j’ai, versé tout son sang en sacrifice aux mânes de ta vic-

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement