Page 299

CLÉMENTINE.

293

d’éteindre en vous ces faibles étincelles que j’avais pris soin d’y nourrir. Que les hommes Sont injustes ! qu’ils sont inconséquents ! Mettez-vous à la place de cette mère, et jugezVous. Est-ce à vous, monsieur , qu’elle doit sa fille ? La blâmerez-vous de préférer un homme dont le rang et la fortune lui conviennent? Il serait digne d’une tête exaltée , comme la vôtre , d’aller vous mesurer avec Norton, de faire un éclat scandaleux qui compromît votre amante , et qui vous perdît tous deux. Mais qui êtes-vous pour aller imposer des lois chez madame de Berville ? pour vouloir en chasser quelqu’un qu’elle a honoré de son choix? Est-ce là le prix de l’hospitalité? est-ce ainsi que vous payez vos hôtes des égards qu’ils ont eus pour vous ? Prenez-y garde , monsieur, non pour vous, mais pour Henriette : si vous lui persuadez même de fuir avec vous, (ce qui serait le comble de la démence,) que deviendrez-vous , frappé de la malédiction d’une mère qui demandera vengeance au ciel contre le séducteur de sa fille ? Eh ! ne croyez pas que votre amour vous console : il faut laisser aux romans ces folles illusions. Quand la voix impérieuse du besoin

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement