Page 296

290

LA

NOUVELLE

LETTRE SÉLIGNY

A

M.

XXII. DE

MURCÉ.

QUE d’infructueuses démarches ! que d’allées et de venues pour un objet que je ne peux plus revoir. Henriette est perdue pour moi! sa mère me l’a ravie ! toutes mes informations , toutes mes courses n’ont servi qu’à accroître l’incertitude où je suis plongé. Les barbares ! ils vont la sacrifier : ils la feront mourir , monsieur ! Est-ce donc ainsi qu’on prétend ramener un cœur comme le sien ? J'irai chez madame de Berville ; je lui demanderai compte de sa fille : il faudra qu’elle m’apprenne quel cachot l’enferme , ou j’aurai recours aux lois. Les lois sent l’appui de l’opprimé ; tout citoyen est sous leur garde, et la puissance paternelle leur est soumise. Il est injuste , il est révoltant qu’une femme puisse au gré de ses caprices tyranniser sa fille. Cette fille est un dépôt qui lui est confié par l’état, et c’est un crime d’en abuser. Je connais madame de Berville , je connais cette

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag