Page 245

AUX

ANTILLES.

239

vai ma tournée chez un vieillard qu’on appelait le docteur. Il avait employé toute sa vie à rassembler des recettes dans un manuscrit ; maisson recueil ne put l’aider à sauver un de ses nègres qui venait de s’ouvrir le ventre dans un accès de jalousie. Le dimanche suivant on descendit au bourg: la messe fut célébrée par les notables du lieu; elle consistait en quelques litanies, après lesquelles la revue des troupes se fit sur la place. Cinquante hommes , armés de fusils , se rangèrent en haie devant le commandant, les uns sans habits et sans chapeaux , les autres sans bas et sans souliers. Une troupe de belles insulaires, mises dans leurs atours, assistaient à la parade. Je comptai une douzaine de femmes de toutes les couleurs , depuis le blanc jusqu’au noir. J’appris ce jour-là que l’île n’avait point de curé , mais qu’il en venait un de la Guadeloupe , au temps de pâques , pour administrer aux habitants les sacrements de l’église. Hors de cette époque ils vivent comme des sauvages. Ceux qui s’en vont dans l’autre monde n’ont, à leur chevet, ni prêtre,ni médecin , ni notaire ; les malades meurent ou guérissent, comme il plaît à Dieu, et de me-

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement