Page 227

AUX

ANTILLES.

221

de sorte qu’après deux heures d’une marche très-pénible , il me fit retourner sur mes pas, et côtoyer l’autre partie de la montagne. Une forte brise du nord nous porta un grain violent , qui nous suivit jusqu’à l’entrée des cavernes , où j’arrivai baigné de pluie et brisé de fatigue : mes habits étaient trempés. La nuit tombait autour de moi sur ces horribles solitudes, et je n’eus que le temps d’y jeter un coup-d’œil. Ce que cette vue a d’affreux est au-dessus de l’expression. Les ombres du soir, dans les hachures des mornes, semblaient comme les fantômes de ceux qui avoient été ensevelis dans ce bouleversement de la nature. L’entrée des cavernes est un amas de ruines entassées, élevé de près de quarante pieds au dessus du sol. Il faut descendre à travers ces énormes décombres , dont la masse est ébranlée par le mouvement qu’on lui donne. Un nègre me précédait avec deux flambeaux. Je vis à mes côtés des éboulements de terre glaise ; d’autres quartiers pendaient aux voûtes , à demi détachés par la filtration des eaux , et tout près de s’ébouler. Je restai dans cette première salle sous une roche qui me mettait à l’abri des décombres, et je ré-

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement