Page 221

AUX

ANTILLES.

215

pour le soulager, les enfants faisaient sa tâche. J’ai vu depuis ce temps des maisons opulentes, où trois cents esclaves gémissaient sous le fouet d'un commandeur : je me suis hâté d’en sortir ; et j’aurais voulu passer ma vie dans cette chétive solitude , où la misère donnait la main à la bienfaisance. Quand la pluie eut cessé, je pris congé de nos hôtes , qui me prêtèrent généreusement leur nègre pour me conduire. Ce voyage fut suivi d’une navigation que je fis, avec la même société, sur la cote occidentale de l’île. Une pirogue nous attendait dans la rade , et nous nous embarquâmes au déclin du jour. Huit nègres ramaient en chantant, sur une mer calme , où la vue était récréée par la variété des campagnes voisines. En passant devant le quartier du Baillif, je vis les débris d’une tour bâtie autrefois par le P. Labat, pour protéger les possessions de son couvent. Ce voyageur célèbre avait laissé dans l'île , au commencement du siècle, un domestique noir qui vivait encore il y a quelques mois. Quatre ou cinq piliers situés un peu plus loin sur le rivage, sont, dit-on, les restes de la maison de M. Boisseret, premier propriétaire de la Guadeloupe. Il s'était bien

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement