Page 204

198 LETTRE SUR UN VOYAGE

ceux qui ne voulaient qu’y passer ont fini par S'y fixer. Nos ameublements et nos habits ont conservé jusqu’à présent leur simplicité première, et le luxe n’a gagné que les femmes. Il lui serait difficile de faire plus de progrès. L’habitant n’a souvent qu’une richesse fictive; il vit sur son crédit ; il a des terres et des nègres sur lesquels il ne doit pas compter ; la désertion, la mortalité, les ouragans, les saisons pluvieuses, d’autres accidents peuvent le rendre pauvre au milieu de son opulence : souvent aussi l’idée d’achever ses jours en France, lui fait regarder sa maison comme un lieu de passage. De là vient que la plupart n’ont chez eux pour tous meubles, que des tables, des lits et quelques chaises. L’administration domestique est chargée d’imperfections ; et tant que les maîtres n’y porteront pas un esprit plus éclairé , leur fortune sera précaire. Il est certain que la terre n’est rien sans les bras qui la font valoir ; que les frais d’exploitation sont énormes; qu’on emploie à l’entretien d’une sucrerie le tiers de son produit, et souvent la moitié, et qu’on n’en retire pas toujours un dixième net au bout de l'an-

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement